Aller au contenu principal

À propos

Idéalement situé au cœur de la capitale, le Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, fondé en 1996, présente des expositions sur l’art d’aujourd’hui à travers une programmation internationale et en prenant principalement appui sur une jeune génération d’artistes. Le centre d’art abrite des espaces publics à usages et à vocations variés, alliant l’art contemporain à un lieu de rencontre chaleureux et convivial : le rez-de-chaussée est doté, à côté de salles d’expositions, d’une bibliothèque et d’une librairie spécialisées en art contemporain, d’un espace dédié aux activités pédagogiques et d’un restaurant. Le premier étage étant exclusivement affecté aux expositions temporaires, des monographies d’artistes et expositions thématiques y sont proposées. Celles-ci sont complétées par un programme varié de visites guidées, de conférences, de concerts et d’ateliers pour toutes et tous. Loin des préoccupations muséales, le Casino Luxembourg opère tel un laboratoire d’expérimentations artistiques pour les tendances en devenir.

neon

Un forum d’art contemporain

Au Casino, l’artiste est placé·e au cœur du propos.

Faisant office de tremplin dans la carrière d’artistes émergent·e·s, le centre d’art les accompagne dans le développement et l’accomplissement de leur parcours artistique tout en leur offrant une visibilité auprès d’un public varié et d’un vaste réseau de professionnel·le·s de tous les horizons. Depuis sa création en 1996, le Casino Luxembourg fait figure de premier centre d’art contemporain du pays et son rayonnement est international. Toujours à l'affût de nouvelles tendances, le Casino œuvre tel un catalyseur et défenseur d’idées et de réflexions autour de l’art contemporain, promouvant ainsi la prospection, l’expérimentation et l’innovation artistiques.

Les expositions d’envergure internationale, majoritairement dédiées aux monographies d’artistes, sont montées en exclusivité par le Casino ou en collaboration avec d’autres institutions. La production de nouvelles œuvres étant au cœur de ses missions, le Casino invite les artistes à investir pleinement les lieux, de sorte à créer, au-delà de l’exposition même, un environnement propice à la découverte et à l’échange autour de leur travail. L’accompagnement des publics – une des missions principales du Casino – se fait par une médiation et un programme éducatif engagés, créatifs et ambitieux.

En complément des expositions, l’équipe du Casino met en place un vaste programme axé sur les différents aspects et enjeux de la création contemporaine. Les rencontres, master classes et autres conférences permettent un contact direct entre l’artiste et le public, lien essentiel à la compréhension de l’art d’aujourd'hui. Ainsi, le Casino a choisi, pour la saison 2022/2023, de s'intéresser au concept de l'« entre deux », du brouillement des pistes, de la remise en question des idées et idéaux qu'on croyait pérennes et universels, dans une série de six conférences en présence d’intellectuel·le·s internationaux/ales. Vous trouverez les captations filmées de celles-ci sur notre chaîne Casino Channel.

Un lieu d’échange

L« Aquarium »

Privilégié pour son intimité, le Casino Luxembourg et notamment l’espace « Aquarium » accueille des performances, des concerts et pièces de théâtre dans ses espaces et continue à encourager la création de formes d’expression nouvelles pour une audience curieuse.
 

aquarium

InfoLab

Le Casino Luxembourg dispose d’une bibliothèque, l’InfoLab, qui se veut aussi salle de conférences, de projection de films ou de rencontre entre publics et artistes. Le lieu idéal pour prolonger votre visite et dont la sélection d’ouvrages complète le propos de l’exposition en cours.

Les livres, dossiers d’artistes et revues sont uniquement consultables sur place.

Le fonds documentaire de l'InfoLab (catalogues d'expositions, monographies, livres d'artistes) est consultable via le catalogue collectif en ligne sous l’adresse : https://www.a-z.lu 

infolab

ArtBookBox

Dans notre librairie ArtBookBox, vous trouverez à côté de livres d’artistes et de nos catalogues d’exposition, aussi des livres théoriques et didactiques, des essais, des revues DIY, ainsi qu’une sélection de cartes postales, de marque-pages, de crayons, de disques vinyles, de sacs éco-responsables et autres idées de cadeaux.

artbookbox

L’historique

trial

C’est dans un bâtiment historique du 19e siècle, l’ancien Casino Bourgeois, que le forum d’art accueille depuis 1996 tous les passionné·e·s d’art contemporain, tant les professionnel·le·s du milieu que les amateur·rice·s éclairé·e·s ou encore les novices souhaitant s’initier à l’univers singulier de la création contemporaine. 

Lire aussi : 

L'historique.pdf

Œuvres permanentes

Au fil des années, certaines œuvres, très discrètes pour certaines, sont venues s’immiscer au sein du bâtiment et autour. Certaines ont depuis lors disparu sous des couches de peinture ou ont été victimes de réaménagements divers. D’autres, visiblement plus chanceuses, sont restées. C’est le cas de A Wise Thought in a Circle de Nedko Solakov ou de La Surface de l’Art de Jacques Charlier. D’autres encore ont été commandées spécialement pour être vues, comme Zeitgeist: Karl Cobain de Claudia Passeri, Beautiful Steps #10 de Lang/Baumann ou encore Zäit Wuert du collectif LAb[au]. Toutes font aujourd’hui partie des œuvres permanentes du Casino Luxembourg.

La Surface de l’Art, 1997 Jacques Charlier
Surface sablée de 4,60 x 3,16m sur la façade principale
Emplacement

façade, rue Notre-Dame

Surface de l'Art

« À quoi se réfère La Surface de l’Art ? À la poussière plus que centenaire qui a été enlevée et qui montre maintenant la véritable apparence du lieu où nous tentons de faire apparaître l’art ? Ou est-ce que cette intervention est là pour signifier qu’il faut bien aller au-delà de la façade de l’édifice, qu’il faut bien entrer dans un centre d’art pour voir l’art ? Que comme pour toute autre chose, il faut chercher sous la surface, sous la peau pour voir l’essentiel ? Mais a-t-on vraiment la garantie de voir de l’art en entrant ? Le bâtiment suffit-il à designer tout ce qui s’y présente comme faisant partie de l’art ? […] Le tout, c’est de ne pas se contenter de la surface de l’art : il faut savoir dépoussiérer et les œuvres et notre esprit pour parvenir à ce qui compte vraiment. »

– Discours d’Enrico Lunghi, directeur artistique (1996–2008) lors du vernissage de l’exposition Jacques Charlier – La Surface de l’Art, le 5 juin 1997.

 

Jacques Charlier (*1939, Liège, Belgique ; vit et travaille à Liège) est un artiste aux facettes multiples, touchant aussi bien à la peinture, à la bande dessinée, à la vidéo ou à la photographie. Artiste décalé, il porte un regard plein d’humour et d’autodérision sur le monde de l’art.

A Wise Thought in a Circle, 2003 Nedko Solakov
Feutre, texte écrit à la main sur plafond
Réalisé dans le contexte de l’exposition monographique « Nedko Solakov – A 12 1/3 (and even more) Year Survey », 2003
Emplacement

Restaurant KAY

a wise thought

« C’était censé devenir une réflexion très éclairée et relativement profonde dans un cercle, qui – c’était l’idée de départ – allait naître de façon plutôt spontanée au moment d’écrire sur ce plafond. Mais visiblement, cette magnifique idée n’a pas vraiment abouti dans ce sens. Désolé. » – Nedko Solakov

Nedko Solakov
(*1957, Cherven Briag, Bulgarie ; vit et travaille à Sofia, Bulgarie) est un conteur d’histoires. Dans ses œuvres, il s’intéresse à la position de l’artiste et de son travail au sein de la société. C’est à travers des courtes annotations manuscrites ou des dessins sur les murs des salles d’exposition qu’il commente ses réflexions.

Beautiful Steps #10, 2014 Lang/Baumann
Composite synthétique
Commande
Emplacement

façade, rue Notre-Dame

beautiful steps

En décembre 2012, le Casino Luxembourg a lancé un concours sur invitation auprès de cinq artistes internationaux pour proposer un projet artistique permanent pour la façade nord du bâtiment (rue Notre-Dame). Le projet Beautiful Steps #10 des artistes suisses Lang/Baumann a été retenu à l’unanimité par le jury. En mai 2014, Lang/Baumann ont installé un balcon tronqué en pyramide en plein milieu de la façade nord du bâtiment, permettant ainsi un dialogue entre l’espace intérieur et l’espace extérieur. Le balcon, d’une profondeur de trois mètres, réalisé en composite synthétique et peint en blanc, ressemble de l’extérieur à une forme géométrique fermée, à une protubérance architecturale suspendue dans le vide. Une fois à l’intérieur du bâtiment, au niveau du palier du premier étage, on se rend compte que ce « balcon » peut être utilisé pour ce qu’il est réellement.

Beautiful Steps #10 s’inscrit dans la série d’œuvres intitulées Beautiful Steps que Sabina Lang (*1972; vit et travaille à Burgdorf, Suisse) et Daniel Baumann (*1967; vit et travaille à Burgdorf, Suisse) réalisent depuis quelques années, toujours de façon inattendue et originale, autour de la définition d’escalier, de sa forme et de sa fonction.

Soutien financier : Les Amis des Musées d'Art et d'Histoire Luxembourg

Zeitgeist: Karl Cobain, 2016  Claudia Passeri
Néon
Commande dans le cadre du 20e anniversaire du Forum d’art contemporain en 2016
Emplacement

Restaurant KAY

zeitgeist

Avec son œuvre lumineuse en néon intitulée Zeitgeist : Karl Cobain, Claudia Passeri introduit une touche d’histoire dans le restaurant KAY. Composé de deux ondes sonores – d’une part, la transcription de la première phrase du Manifeste du Parti communiste de Karl Marx, de l’autre une phrase chantée par le leader du groupe Nirvana, Kurt Cobain, dans la reprise de The Man Who Sold the World de David Bowie –, le néon de Claudia Passeri rapproche deux époques et deux idéologies éloignées mais néanmoins proches de l’histoire du Casino Luxembourg : la création du Casino Bourgeois du temps de Karl Marx et la création du Forum d’art contemporain deux ans après la mort de Kurt Cobain. 

Claudia Passeri
(*1977 ; vit et travaille entre Luxembourg et Pérouse, Italie) réalise des interventions in situ et des pièces ancrées dans un contexte spécifique qui explorent la perception que nous avons d’un endroit donné. Selon l’endroit ou le contexte, son travail acquiert une dimension sociale, politique ou écologique. Sa démarche artistique a un côté néoromantique dont le but est de révéler – souvent de façon détournée et ironique – les mécanismes à la base des processus créatifs qui influencent et transforment notre vision du monde.
Un entretien avec l’artiste peut être visionné sur Casino Channel.

Zäit Wuert, 2019 LAb[au]
Afficheurs à 16 segments, 90x70cm chaque, LED, diffuseur PMMA, acier, aluminium, logiciel générateur
Réalisé dans le contexte de l’exposition monographique « LAb[au] – If Then Else », 2019
Emplacement

 façade, boulevard F.D. Roosevelt

yyy

L’installation Zäit Wuert (du luxembourgeois: temps/mot) du collectif belge LAb[au] consiste en une enseigne lumineuse de six lettres montées sur la façade sud du bâtiment, côté boulevard Roosevelt. Les mots affichés dépendent d’un processus qui génère aléatoirement six lettres en vérifiant l’existence de chaque combinaison dans un dictionnaire allemand, anglais, français et luxembourgeois. S’il ne la trouve pas, le processus recommence à zéro. Le temps de recherche varie d’un mot à l’autre ; c’est ce temps qui définit la durée de son affichage. Par un processus aléatoire, l’installation remplace l’enseigne originale à cet endroit, composée des six lettres formant le mot « c-a-s-i-n-o ». Ce processus d’écriture supplante toute forme de narration à laquelle il oppose une polysémie d’un énoncé agnostique, une poésie concrète qui encourage l’interprétation et l’association.

LAb[au] est un collectif d’artistes basé à Bruxelles, Belgique, composé de Manuel Abendroth, Jérôme Decock et Els Vermang. Sa démarche artistique consiste à s’interroger sur la relation entre art et langage, au moyen non seulement de mots ou autres formes de langages codés (la sémantique), mais aussi au moyen de signes (la sémiotique). C’est ainsi que LAb[au] formule une approche linguistique appliquant les sciences de l’information et de la communication dans le domaine de l’art.